Le problème de votre enfant est  qu’il est trop gentil ! !

Cela faisait déjà un petit moment que mon fils se plaignait des enfants à l’école. Jusque-là, je ne disais pas grand-chose. Le rôle de l’école, mise à part l’enseignement, est de préparer l’enfant à la collectivité, lui apprendre à gérer les conflits, à se confronter aux autres. Comme tout le monde, j’ai pu  lire les événements  malheureux qui se sont passés dans certaines écoles, et j’en ai conclu que l’école n’était pas toujours un lieu de convivialité. 

Alors, ce jour où mon fils est rentré très angoissé de l’école, je me suis dit que je devais creuser un peu plus loin. C’est un enfant très sensible, et je sais très bien que parfois, ses sentiments sont décuplés. Mais ce qui me racontait là, me paraissait quand même un peu exagéré. Il était impossible pour moi, d’imaginer mon enfant stressé à l’idée d’aller à l’école. D’avoir  peur des autres, peur du contact. Nous avons un noyau familial très fort, plein d’amour, de tendresse, et de partage. Il est vrai que du coup, nos enfants ont du mal à aller vers les autres. Alors le fait de se faire embêter à l’école, ne l’a pas aidé à souvrir. Bien au contraire. Je me suis donc décidée, de poser la question directement à la maîtresse. C’est elle qui le côtoie toute la journée, qui voit vraiment ce qui se passe ( du-moins qui est censé voir ce qui se passe 😕) et qui pour le coup, a plus d’expérience de la collectivité que moi. 

Elle m’a tout d’abord dit, que en effet, il avait un peu de mal à s’intégrer. Qu’il  était beaucoup dans l’observation. Alors, je lui ai expliqué ce que lui reprochait aux autres. Qu’il se sent très mal à l’aise lorsqu’il entendait des gros mots, lorsque les enfants se battaient. À la maison, c’est formellement interdit. Pour nous, le respect est primordial. Que ce soit avec nous, ou entre frères.         
Après je ne dis pas qu’ils ne se chamaillent jamais, bien entendu ça leur arrive souvent. Mais jamais dans l’excès. Pour eux, la pire des insultes est : » Tu sens mauvais. » Oui, je vous l’accorde cela ne vole pas très haut.

Le problème m’a-t-elle dit, est que mon enfant est en décalage avec les autres : « Votre enfant est trop gentil  ! » Je ne m’étais jamais imaginé entendre cette phrase un jour. Trop gentil ! Comment peut-on être trop gentil ? Elle a continué en me disant, que comme il respectait trop les règles, et qu’il aimait que les autres les respectent aussi, il se retrouvait souvent en conflit.Je suis restée un peu hébétée. 

Un grosse mise en question c’est alors enclenché :

– que faisons nous de mal ?                           – sommes nous trop sévères ?                         – dans quelle genre de société vivons nous ?                                                                     – suis je trop optimiste face à l’avenir ?     – sommes -nous en total décalage avec les autres ?                                                                  – vivons- nous dans un monde de bisounours comme me l’a gentillement fait comprendre la maîtresse ? 

Nous ne sommes pas des parents forcément très sévères. Nous avons simplement des valeurs auxquelles  nous tenons fortement. Cela nous paraît normal d’exiger de nos enfants un language poli, de limiter un maximum la violence. Les enfants sont de plus en plus cruels. Dans leurs mots et dans leurs gestes. Sûrement à cause de la conjoncture actuelle. Trop d’écrans, moins de dialogues. Cela m’effraie, pas vous ? Les valeurs se perdent. Plus rien ne choque. A moins que ce soit réellement moi  qui suis totalement déconnectée avec le monde actuel. 

Mais alors, je fais quoi moi , avec mon enfant ? Quand la normalité devient la loi du plus fort, quand tous les mots ont le droit d’être dit, quand la violence fait partie du paysage. Comment faire pour faire comprendre cela a mon enfant qui nage dans l’innocence ? Que lui proposer pour qu’il se sorte de cette situation ?  Je lui ai tout d’abord proposé d’en parler avec la maîtresse mais elle n’a pas eu l’air de comprendre l’enjeu réel  de tout cela. Ce fut donc un échec.                           Je lui ai proposé ensuite de dialoguer avec ses pseudos copains. Mais alors ce fut pire. Lui avec ses mots doux et gentils ne s’est pas fait prendre du tout au sérieux.                                                             j’ai ensuite discuté avec les parents d’élèves mais ils ne sont pas derrière leurs enfants lorsqu’ils sont à l’école. Mais alors, je dois me résigner à le faire répondre par la violence ? Ou ça, ou alors il devient le souffre douleur. Et bien oui. J’en suis venue à la loi du plus fort… Je n’en  suis pas très fiere.  Et malheureusement cela sera ainsi pour nos enfants, toute leur vie. Marche ou crève… Personnellement, je préfère qu’ils marchent. L’enfance est bien trop importante. L’avenir est terrifiant. je ne sais pas dans quel monde je les ai fait naître,  mais j’espère qu’ils resteront dans l’innocence de l’enfance le plus  longtemps possible. il n’y a rien de plus beau qu’un enfant qui joue sans se soucier de rien . …Un enfant heureux…

Avez vous traversé cela ? Comment avez vous réagit ? 

4 réflexions sur “Le problème de votre enfant est  qu’il est trop gentil ! !

  1. aurore secretain dit :

    J’ai eut le soucis avec ma fille, j’ai du lui dire que finalement elle avait le droit de taper, finalement pour mon fils, j’ai opté pour l’IEF, je veux pas le lancer dans la fosse au lion si petit, il a bien le temps d’apprendre que le monde est injuste voir cruel et que la tolérance n’existe parfois pas.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s