Oui maman…

 » Oui maman « ….. hooo,  quel doux son qui arrive à mes oreilles… Dommage qu’il puisse être aussi plaisant et énervant à la fois.

Ma journée d’hier s’est déroulée d’une façon déroutante. Ils se sont levés de plutôt bonne humeur. Pas de cri, pas de dispute ni de tension. Ils ont même déjeuné tranquillement, sans en mettre de partout. Et ça, je vous assure c’est un véritable exploit. En tant normal un petit déjeuner peut vite se transformer en bombe Hiroshima. Bref, en somme, la journée avait bien commencé. 

Et puis, au moment de partir à l’école  ( on était même en avance  ) mon petit 3ème n’a pas cru bon de m’appeler pour faire pipi, et s’est arrosé de la tête au pied (sans oublier au passage,  de repeindre l’intégralité des toilettes ).

 Et là,  la spirale négative s’est mise en marche. De, en avance,  je suis passée à, juste à l’heure, jusqu’au moment où je me suis rendue compte que,petit 4, m’avait fait un beau cadeau odorant dans sa couche. Là, je suis passée en mode « Alerte générale ».

  • Attachez- vous les enfants : « oui maman »
  • Quand on arrive à l’école vous vous dépêchez  » oui maman »

      Mais arrivés devant l’école c’est une toute autre chose. Un petit bug devant le tracteur du coin, 1 h pour enlever chaussures et vestes, 2 h pour mettre les  chaussons. Et les nerfs de maman en pelote. 

      Nous avons à coeur d’inculquer à nos enfants de toujours nous répondre lorsque nous leur parlons. Surtout lorsque nous leur expliquons quelque chose ou leur faisons la morale :  » oui maman » « oui papa »., histoire de s’assurer qu’ils ont bien compris le pourquoi de la discussion. Il est tellement agréable de les entendre acquiescer, tellement agréable d’imaginer que , dorénavant, ils vont arrêter de faire telle ou  telle chose, et faire ce dont on attend eux. Cela fait du bien de rêver parfois. 

      Seulement voilà, telle  une mémoire de poisson rouge, une partie des résolutions partent aux oubliettes. Heureusement pas toutes, sinon je deviendrais chèvre. Et quoi de plus agaçant de répéter encore et encore. De radoter toujours les mêmes choses ? De voir son enfant dire oui maman pour la 3ème  voir 4 ème fois,  et recommencer aussitôt ? 

      Je me suis toujours posée les questions suivantes, comme j’en avais parlé dans l’article « mi-ange mi-demon« :

      •  Pourquoi les enfants testent-ils les limites jusqu’au bout ?
      • Quels intérêts ont-ils de me pousser à bout ?
      • Ne serait- ce pas moi qui m’exprime mal ?

          Et puis je me rappelle alors que se sont des enfants. Que les enfants ont besoin de tester les limites. Les leurs et surtout celles des autres afin d’arriver à se situer. d’arriver à se créer leurs propres limites. Je me suis souvenue aussi que les enfants  ont une bonne partie d’insouciance. Ils ont encore cette folie qui fait que, non, ils ne calculent pas tous leurs faits et gestes, ni toutes les conséquences qu’ils entraînent. 

          Qu’est ce qu’il serait agréable quelques fois de redevenir enfants. De vivre sans réfléchir à tout, et à rien. Redevenir un enfant et braver les interdits. Vivre sans penser à demain.

          Laisser un commentaire

          Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

          Logo WordPress.com

          Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

          Image Twitter

          Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

          Photo Facebook

          Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

          Photo Google+

          Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

          Connexion à %s