Le deal.

Hier, avec les enfants nous avons passé un  DEAL. Cela faisait bien une semaine que nos rapports n’étaient pas de tout repos. 

Il y a des moments, où, va t’on savoir pourquoi, j’ai moins, voir plus de patience. La fatigue, sans aucun doute. Elle joue un rôle prédominante sur mes humeurs. Je ne sais pas vous, mais certaines nuits, que je dorme d’une traite ou non ; je me reveille le matin plus fatiguée que jamais. Et là mes nerfs sont en pelotte !! ( article : dormir comme un bébé… ou pas). Les hormones sont aussi sans aucun doute, parfois mes pires ennemies.

Bref, rajouter à tout cela des enfants au taquet de bon matin. Tout commence à 6h30 par la spécialité de Mr Leoni :            » Timeo, c’est l’heure de se réveiller ! « . Suivi d’une descente fabuleuse de leur lit par le toboggan. Toboggan dans une chambre de petits hommes ? Je me demande encore ce qu’il m’a pris ce jour là. La joie de vivre me direz vous ! 

Mais tout peut vite tourner au vignaigre. L’un a pris la place de l’autre à table, l’autre refuse de jouer au même jeux que celui-ci, s’habiller est une réelle torture qui peut durer 30 minutes, ou tout simplement ils ont décidé de se lier contre moi, de ne rien écouter, de me pousser à bout. Un beau coktail explosif !!!!

Ce fameux midi, après avoir crié sur eux  5 minutes seulement après les avoir récupéré de l’école ; j’ai eu l’idée de passer un deal avec eux.

Tout d’abord, je leur ai énoncé tout ce qui me rendait folle. Tous les efforts que j’aimerai qu’ils fassent. Étonnamment, ils ont eu l’air d’écouter. Je ne me suis pas arrêtée là. Je leurs ai ensuite demandé tous les efforts que EUX aimeraient bien que JE fasse. Ce ne sont que des enfants me diriez vous. Il ne faut pas échanger les rôles ?

Pourtant, je pense qu’il est essentiel et primordial d’écouter nos enfants. Comment demander à notre marmaille d’écouter et d’appliquer des règles, si nous, parents, ne sommes pas capables de le faire ? Ne sommes nous pas sencer leur montrer le bon exemple ? Quoi de plus agréable que de se sentir écouté, compris. C’est selon moi, une façon de donner l’importance nécessaire à leur développement de confiance en eux. ( la confiance de l’enfant ).

Ils se sont amusés à essayer de trouver des choses négatives sur ma façon de faire : il en est resorti que, parfois, je crie bien trop fort, que je leur casse les oreillles, et que je leur demande des choses toujours dans la précipitation à des moments où ils ne sont pas forcement prêt à entendre. J’ai entendu, j’ai compris. Nous avons discuté longement aux éventuelles solutions.

C’est intéressent de voir comment des enfants peuvent se prendre au jeux de la réflexion ( je parle surtout des 2 grands,  le 3 ème était bien trop occupé à dévorer son assiette.).

Nous avons donc conclue ensemble que, chacun devait faire des efforts pour les autres. Que, en effet, nous faisions monter les enchères chacun de nos côtés. Quant je crie ils n’ont pas envi d’écouter, plus ils n’écoutent pas plus je crie… La belle spirale infernale.

Je me suis rendue compte qu’il n’était pas toujours judicieux de leur imposer les choses. De leur imposer mon rythme. Imaginez vous, tranquille devant un bon film par exemple. Imaginez maintenant quelqu’un arriver, éteindre la télé et vous dire,  aller va te laver les dents. Je ne suis pas sûre que vous le prendriez avec le sourire et que vous vous exécutiez sans sourcillier. Les enfants fonctionnent comme nous. Il suffit par exemple de leur dire : encore 5 minutes de jeux et on range. Il aura alors le temps de finir, de se préparer doucement au fait que son activité va prendre fin.

Je me suis aussi rendue compte que lorsque je m’énèrve, je perds toute crédibilité. J’en oublie alors tous les fondements de mon éducation ! Par exemple :  » Ne crie pas ! » dit en criant…. Le  bel exemple. Lorsque je m’énerve j’en oublie de passer par la case explication. C’est pourtant tellement important.

Bref, ce midi là nous avons fait un deal. Nous avons décidé ensemble de comprendre l’autre, de l’écouter. Nous avons décidé de ne plus subir les uns les autres. 

Je sais pertinemment qu’ils ne tiendront pas toujours leurs promesses ( article : mi ange- mi démon). Je sais aussi que je perdrai moi aussi pied. Mais je sais surtout que nous nous sommes entendus, écoutés, que nous avons partagé. Et cela n’a pas de prix.
Et vous, parvenez vous à discuter avec vos enfants? Vous êtes vous déja remis en question ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s